Amnésie temporaire

jeudi 1 septembre 2005

C'est le 100ème !!

Où comment on avance, on avance, on avance...

Voilà. Ma première centaine de billets sur ce blogue s'achève. Je souhaitais en profiter pour annoncer LA nouvelle que j'attends. Mais ce ne sera pas avant lundi. Attendre, donc...
Je n'en souhaite pas moins marquer le coup. J'ai loupé le coche du blog day qui était hier. Mais comme j'ai été mentionné par Luc, et que j'ai quelques blogues indispensables dans ma musette, je m'octroie de faire blog day le 1er septembre aussi.

  • How to Save the World : où comment derrière un titre ambitieux se cachent un esprit ouvert, des idées à la pelle et beaucoup de pistes de réflexion. Attention, c'est du english inside, made in Canada.
  • La Grange : où comment design, photos, citations, pensées et technologies internet font très bon ménage.
  • le blogue d'Alain Mabanckou : où comment on peut être romancier originaire du Congo-Brazzaville, vivre et enseigner aux Etats-Unis, avoir reçu le prix Ouest-France / Etonnants Voyageurs 2005 pour "Verre-Cassé" (Seuil), et tenir un blogue.
  • Pensées à haute voix : où comment être étudiant à Sciences Po Grenoble n'empêche pas de s'intéresser au design web et à plein d'autres sujets.
  • Procrastination : où comment à force de tout remettre au lendemain, on trouve subitement beaucoup de temps à consacrer à des choses inutiles.


Voilà, j'espère que d'autres apprécieront ces blogues autant que moi.



mercredi 31 août 2005

Développement éolien au Venezuela

Où comment certains ont du pétrole ET des idées !

Un billet du 28 juin dernier de Alternative Energy reprend un article de Business News Americas.

La compagnie pétrolière nationale du Venezuela, PDVSA, cherche à augmenter sa production mensuelle à l'export de 100 000 barrils. Comment ? En développant leur parc éolien via deux projets dont un parc de 100 MW prévu pour mi-2007. La capacité de production d'électricité nouvellement installée venant se substituer à du pétrole, celui-ci est alors disponible pour l'exportation. Pourquoi ? Un barril de pétrole vaut 4$ US sur le marché national alors qu'il vaut 40$ US à l'international (l'article date de deux mois). Le calcul est rapide !

Si les pétro-dollars servent à développer les EnR dans les pays producteurs de pétrole, c'est une bonne chose. L'étape suivante serait que les négawatt-dollars servent à développer les EnR dans les pays pétro-dépendants !!



Maman, j'ai rétréci le gapsi !

Où comment le temps de cerveau pourrait être utilisé à bon escient

No Waste Like Home
J'apprends par un billet du blog Alternative Energy que les anglais sont, encore une fois, plus rapide que nous.
Alors que nous nous débattons avec des programmes pédagogiques comme Vis ma vie, On a échangé nos mamans ou encore Super Nanny, les anglais de la BBC ont diffusé mi-août le premier épisode de "No Waste Like Home". Dont le principe s'apparente à celui des chasseuses de poussière que l'on a pu voir sur M6 au printemps, mais dont l'intérêt est qu'il ne s'agit plus de chasser les moutons mais le gaspillage dans la maison.

Et les résultats sont impressionnants !
En deux semaines, grâce aux conseils de la présentatrice, une famille de cinq personnes a réduit ses déchets ménagers de 94 %, la nourriture gachée de 60 % et la consommation de gaz de 63 % !!!!! Ce qui n'était pas réellement difficile puisqu'ils chauffaient leur logement 24h/24 à 28°C ! En deux semaines, la famille a économisé 419 £ (612 €), soit une économie annuelle de plus de 10 000 £ (14 600 €) !!

Je suis à la fois impressionné et choqué par ces chiffres. Qu'il existe une telle marge de manoeuvre et surtout qu'elle soit inexploitée actuellement donne une idée du potentiel réalisable en lançant une grande campagne d'économies d'énergie. La technologie pourra nous aider mais ne nous sauvera pas. Il faut surtout changer nos comportements et investir dans l'efficacité énergétique. Ca devrait sauter aux yeux de nos politiques.

Lien vers Penney Poyzer's Energy Efficient Home.



mardi 30 août 2005

Enfin des pansements pour les peaux mates, noires et métissées !

Où comment il suffisait d'y panser...

pansementUn article d'afrik.com nous apprend que des pansements pour peaux foncées viennent, enfin, d'être commercialisés aux Etats-Unis !

Les leaders du marché sont en rage. « Quand le vice-président d’une des trois grandes compagnies a été au courant de nos recherches et de leurs avancées, il s’est demandé pourquoi diable n’y avait-il pas pensé plus tôt », témoigne Tim Phillip. Alors la concurrence s’organise. « Ils nous ont copié. Leur produit n’est pas encore sur le marché, mais devrait l’être d’ici trois mois ». Mais BandShades risque d’être déjà loin. Car la marque a gagné en l’image d’Oprah Winfrey, la plus puissante figure noire des médias américains. Oprah Winfrey. Productrice et animatrice d’un célèbre talk show et propriétaire du célèbre Oprah magazine, ses avis souvent office de parole d’évangile. Et elle ne tarie pas d’éloge sur les pansements de couleur. « Quelqu’un a finalement compris que les personnes de couleur avait des bobos et je dis qu’il était temps. J’ai presque hâte de me couper avec mon presse-papier », devait-elle commenter. Mieux, le pansement cosmétique est introduit dans la très sélect « O list ». Une liste des produits « labélisés » par Oprah, qui fait autorité parmi tous les investisseurs du pays.



Londres avance contre le réchauffement climatique

Où comment dans les problématiques écologiques globales, l'action locale prend toute son importance

Un article du Guardian explique l'initiative de Ken Livingstone (c'est la classe de s'appeler Livingstone, non ?) pour que la ville de Londres lutte contre le réchauffement climatique.
Il faut dire que si rien n'est fait, la situation sera critique dans quelques dizaines d'années tout au plus.

Research shows that if unchecked, the risk from flooding alone would affect 68 underground stations, 400 schools and 16 hospitals. Tidal surges are predicted to rise by 1.4 metres by 2080, threatening the homes of 1.25 million people and property worth £80bn.

Le maire de Londres a donc fixé des objectifs à la hauteur du défi :

Rather than squabble over definitions, the mayor has devised an energy strategy: by 2010 he wants London to reduce its emissions of carbon dioxide to 20% (below 1990 levels) and generate electricity and heat from around 40,000 renewable energy schemes.

Quatre quartiers/villes (boroughs ?) de Londres vont travailler sur ce que l'on pourrait appeler des Zones d'Actions Energétiques (EEA : Energy Action Areas). Si l'expérimentation est réussie, l'étape suivante est l'ensemble de la ville de Londres !!

Le projet qui semble le plus intéressant est celui du New Wembley : il concerne la construction de 3700 nouveaux logements et d'un ensemble de 137 ha d'équipements commerciaux et de loisirs. L'objectif est d'atteindre 37 % d'émissions de carbone en moins qu'un quartier ordinaire grâce à des immeubles énergétiquement efficaces (eco-homes) et à l'installation d'une unité de cogénération.

New Wembley
Lien vers le London Energy Partnership.



Conséquences

Où comment je suis toujours aussi impressionné par ces images d'après-catastrophe

Ouragan
Le cyclone avait rétrogradé à la catégorie 4 sur l'échelle Saffir-Simpson lorsqu'il a touché terre à 10h00 GMT, un peu à l'est de La Nouvelle-Orléans, privant plus d'un million d'usagers d'électricité (AP)



Les nouveaux pirates de la pompe

Où comment voler c'est pas bien !

Lu dans le Figaro (ééééééh oui !) du 26 août :

L'emballement des prix de l'or noir a fait surgir de nouveaux comportements, parfois extrêmes. Aux Etats-Unis, par exemple, la délinquance a bondi dans les stations-service où les propriétaires de 4 x 4 dévoreurs d'essence ont pris la fâcheuse habitude de s'enfuir sans payer leur plein. Certains de ces indélicats laissent des ardoises de 30 ou 40 dollars puis s'enfuient à bord de voitures coûtant plus de 20 000 dollars ! Les comportementalistes en déduisent que ces raids reflètent plus la colère que l'indigence provoquée par la hausse du brut. L'Iowa et le Minnesota ont décidé de sévir. Depuis le 1er août, il en coûte un retrait de permis au voleur d'essence, quelles que soient ses motivations. L'an dernier, ces pirates au comportement peu civique avaient déjà coûté 237 millions de dollars aux gérants de stations-service. Les analystes tablent sur des pertes encore plus élevées cette année, dans le sillage d'un pétrole chaque jour plus cher. Du coup, dans les stations-service, le prépaiement se généralise.

Qu'est ce que ce sera quand il sera vraiment question d'indigence !!!

pétrole
D'ailleurs, pour discuter du sujet, il y a le forum du site oleocene.org dédié à la fin de l'âge du pétrole. Et je ne résiste pas au plaisir de partager avec vous cette citation mise en exergue du site :

Toute personne croyant qu'une croissance exponentielle peut durer indéfiniment dans un monde fini est soit un fou, soit un économiste.
Kenneth Boulding



lundi 29 août 2005

Résister au changement

Où comment le temps de cerveau disponible est bien employé

Le billet précédent m'a remémoré celui lu chez Karl au début du mois d'août. Il écrivait à propos du système social aux Etats-Unis et du fait que ses plus grandes victimes n'étaient pas forcément les personnes qui aspirent le plus à le changer. Pourquoi ?

En fait, force est de constater qu'ils sont parfois les plus grands avocats du système. Peu importe le nombre de douleurs, de coups, d'inégalités, car si en vous subsiste comme valeur fondamentale, la notion de pouvoir avoir une réussite individuelle, rien ne pourra vous faire changer de système.

Intéressant comment on peut s'accrocher à quelque chose qui nous nuit. Le système de valeurs d'une société est sans doute une des choses les plus difficile à faire évoluer. Hors notre modèle de développement nous mène droit dans le mur. Nous sommes avides de croissance parce que nous avons basé dessus le fonctionnement de notre société. Et cette croissance, nous la construisons à nos dépends. Nous avons donc construit une machine infernale, qui nous détruit, et que pourtant nous cherchons avant tout à alimenter. Comportement suicidaire ? Sans aucun doute ! Est-il possible d'en changer ? Pas évident tant que nous ne changerons pas au niveau individuel. La tâche est rude, mais le défi passionnant !



Alain Damasio raconte...

Où comment on voit mieux la poutre dans l'oeil du voisin

Lu dans l'excellent La Horde du Contrevent d'Alain Damasio que je suis en train de dévorer :

Comment font-ils, ceux qui sassent à l'ombre des tours toute la journée ? s'indigne Coriolis.
J'eus envie de lui répondre sur le fond :
- Ils regardent les palais perchés là-haut et ils rêvent d'un vélivélo, voilà comment ils font ! Un seul racleur qui réussit suffit à faire croire aux autres qu'ils ont tous leur chance. L'exploitation inepte qu'ils subissent tient parce qu'ils envient ceux qui les exploitent. Les voir flotter là-haut ne les révolte pas : ça les fait rêver ! Et le pire est qu'on leur fait croire que seul l'effort et le mérite les feront dépasser cinquante mètres d'altitude ! Alors ils filtrent, et ils tamisent, et ils raclent le lit du fleuve jusqu'à atteindre ce sentiment de mériter... Mais quand ils l'atteignent, ils comprennent que personne, nulle part, ne peut juger de leur effort, qu'aucun acheteur ne reconnaît la valeur de ce qu'ils font. Qu'il n'y a pas de juge suprême des mérites, juste des marchands qui paient une matière première et qui la revendent quatre-vingt mètres plus haut le double de ce qu'ils l'ont payée. Ici, on les appelle les "monteurs d'escaliers". Alors le racleur prend la rage. Sauf que la rage, quand elle ne peut exploser, ou transformer ce qui la cause, finit par imploser ! Elle se retourne en rancoeur, elle s'introjecte en haine de soi et des autres, en cynisme triste, elle se distille en mesquineries fielleuses, elle se déverse par saccades sur les plus proches : la femme, les amis, les gosses...



«Le scandale, c'est la voiture qu'on met entre nos mains»

Où comment je ne vais pas faire mes courses à 115 km/h sur autoroute

Entretien avec Pierre Radanne, ancien président de l'ADEME, aujourd'hui dans Libé.

Cette mesure suffirait-t-elle à compenser la hausse du prix de l'essence ?

Loin de là. D'abord, ce n'est pas sur les autoroutes qu'on fait le plus de kilomètres, c'est en ville. En termes de consommation d'essence, d'émissions de gaz à effet de serre et de pollution, il y aurait beaucoup plus de gains à ramener la vitesse en ville à 30 km/heure, afin de fluidifier la circulation et d'éviter les à-coups. Ensuite, on vit quand même dans un pays incroyable où sont autorisées des voitures dont la vitesse de pointe est bien supérieure à la vitesse admise ! Entre une voiture qui fait du 140 km/h et une autre qui fait du 220 km/h, la consommation d'essence, en ville, double ! Car le moteur de la seconde est réglé pour atteindre les 220 km/h. Le vrai scandale aujourd'hui n'est donc pas tant le comportement des gens en terme de vitesse, mais le véhicule qu'on nous met entre les mains. Il n'a plus rien à voir avec ce qu'il faudrait pour combattre pollution et consommation excessive de pétrole. L'essentiel de la vie quotidienne, c'est une personne seule dans sa voiture pour faire quelques kilomètres à moins de 90 km/h. Et les constructeurs, eux, nous vendent des voitures pour des usages exceptionnels ! C'est ça le grand gaspillage !

Que faudrait-il faire ?

La vraie mesure serait une réglementation à l'intérieur de l'UE qui oblige les constructeurs à vendre des voitures dont la vitesse de pointe serait inférieure à la vitesse autorisée. Le potentiel de gains en vies humaines, en argent (les voitures seraient moins chères à l'achat), en pollution, en consommation de pétrole, serait considérable. Et il ne faut pas croire que les gens y seraient hostiles. A l'Ademe, on avait fait un sondage auprès des Français sur cette question du bridage des moteurs et on avait constaté que le taux d'adhésion était de 80 % !

Voilà une piste d'action intéressante sur un secteur où il est extrêmement difficile d'agir. La question est : à quel prix du barril de pétrole ces actions devriendront-elles envisageables par les gouvernements ?
Notre organisation, notre mode de vie, notre société sont tellement pétro-dépendants... Comment s'imaginer qu'une transition d'une telle ampleur puisse se faire en douceur ?



Et pendant ce temps-là chez les Verts

Où comment il peut être parfois difficile de trouver un bon parti à ses idées

Une dépêche de l'AFP indiquait vendredi que Michèle Rivasi, éphémère directrice de Greenpeace France, avait adhéré chez les Verts.

Au PS, "j'espérais que la dimension de l'environnement serait prise en compte, mais je n'ai pas trouvé d'écho", a indiqué à l'AFP, lors de l'université des Verts à Grenoble, celle que l'on avait surnommée "l'écolo du PS". "C'est un parti très conservateur", estime-t-elle. (...)

Elle voudrait que soit créé "un énorme ministère du Développement durable", et se dit favorable à une sixième République, "pour réhabiliter le rôle des élus".

Ah oui... m'étonne pas qu'elle se soit sentie à l'étroit au PS.



Ouragan

Où comment il vaut mieux être ailleurs

Via Le Phare, un lien vers le site officiel de la Nouvelle Orléans où l'on peut suivre l'approche du centre de l'ouragan. Effrayant.



vendredi 26 août 2005

Championnat du monde des barbes et moustaches

Où comment le principoil c'est d'être bien coiffé

Ca existe ! Si, si !!
Et il y en a de belles !!!



Ressources multimédia

Où comment ça va mieux en l'écoutant

Chacun a son mode préféré d'apprentissage. Pour certains, c'est le visuel, pour d'autres l'auditif, d'autres encore auront besoin d'écrire eux-même les informations pour mieux les mémoriser. Bref, il y en a pour tous les goûts.
Personnellement, j'apprécie la lecture d'un article bien fait ou d'un livre à l'argumentation développée pour initier ou accompagner une réflexion. Mais pour ce qui est de découvrir un sujet, je préfère largement assister à une conférence, écouter un débat radiophonique ou regarder un reportage télévisé. Voici donc deux ressources intéressantes pour qui dispose d'une connexion haut-débit et souhaite profiter de contenu numérique de qualité.

  • le site de l'émission Terre à terre sur France Culture. Présentée par Ruth Stegassy, cette émission s'est fixée un objectif ambitieux.

Faire le lien entre les informations qu'on reçoit de partout ; tisser un réseau entre tous ceux qui, en France et à l'étranger, sont dans la recherche active, expérimentent des solutions ; resituer chaque question dans un contexte, prendre assez de recul pour voir comment elle a évolué sur dix ou quinze ans dans son traitement comme dans l'opinion ; être à l'affût des initiatives locales, qu'elles émanent de particuliers, d'associations ou de collectivités territoriales ; savoir ce qui se fait à l'étranger et être un relais des expériences réussies ; chercher à confronter sans tomber dans la polémique... ce magazine veut avant tout désamorcer la dramatisation pour permettre la réflexion.

  • le site des services et productions audiovisuelles à la carte de la commission européenne. Il s'agit d'une série de vidéos expliquant les grands thèmes et politiques communautaires avec des vidéos sur l'environnement, la pêche ou encore l'énergie. Il y a de quoi faire. Ces vidéos posent les enjeux à l'échelle européenne et donnent des exemples de réalisations dans différents pays membres. Très instructif.


Il y a beaucoup d'autres endroits très riches en ressources multimedia. En vrac :


Si vous connaissez d'autres sources, je suis preneur !!



Et voilà...

Où comment quand les dés sont jetés, y a plus qu'à prier

Prier je ne sais pas, mais croiser les doigts, toucher du bois et de la peau de singe, je veux bien le faire.

Et maintenant ?

Attendre...



< 1 2 3 4 5 6 7 8 >

Calendrier

« décembre 2005
lunmarmerjeuvensamdim
1234
567891011
12131415161718
19202122232425
262728293031