Amnésie temporaire

jeudi 8 septembre 2005

La horde du contrevent

Où comment me laisser sans voix

J'avais cité il y a peu un passage de ce livre. Je viens de le finir hier soir.

Fouillouillouille !!!

"C'est un peu court jeune homme", me direz-vous ? Certes.
Eh bien je complèterai en disant que créer un univers complexe, des personnages attachants, écrire de vraies scènes dantesques, jouer avec maestria avec la langue française (ah le fabuleux duel de Caracole !!!) et laisser le lecteur avec les larmes aux yeux, ce n'est pas donné à tout le monde.
Je viens de lire un grand, grand livre.

Le "pitch" est simple : une planète inhospitalière parcourue par les vents, un groupe (la horde) remonte de l'extrême-aval à l'extrême-amont à pieds pour trouver l'origine des vents. Simplissime comme histoire ? C'est sans compter le talent d'Alain Damasio qui développe l'ensemble avec beaucoup d'ampleur et de poésie.

Un livre à lire, à relire, et à faire découvrir !!!



mardi 6 septembre 2005

Un point sur l'état de la pile de la table de chevet

Où comment je ne sais plus quel livre lire ensuite

Je dois bien avouer que je suis un peu paumé en ce moment en ce qui concerne mes lectures. J'ai deux types de livre en attente : les romans de SF et les essais. Pas du tout le même genre de lecture, n'est-il pas ? Je vais lister les principaux livres et les classer en même temps du prochain livre jusqu'à celui qui peut encore attendre un bon moment.

Commençons par la SF :

  1. Mondes et démons de Juan Miguel Aguilera (éd. Diable Vauvert), dédicacé lors du salon Etonnants Voyageurs 2005.
  2. Transparences de Ayerdhal (éd. Diable Vauvert), en attente depuis un bon moment déjà.
  3. L'affaire Jane Eyre de Jasper Fforde (éd. Fleuve Noir), que l'on m'a énormément conseillé.
  4. Wonderful de David Calvo (éd. J'ai lu), dont j'avais oublié que je l'avais alors que l'auteur passait en dédicace chez Critic.
  5. Le monde inverti de Christopher Priest (éd. Folio SF), le livre qui l'a lancé.
  6. Darwinia de Robert Charles Wilson (éd. Folio SF), qui est donc en fin de liste.

Pour ce qui est des essais, ça pourrait donner ceci :

  1. Les sept habitudes de ceux qui réalisent tout ce qu'ils entreprennent de Stephen R. Covey (éd. First Editions), parce que j'ai du train demain et après-demain et que je commence un nouveau boulot (oui, je m'excuse presque un peu de le lire : pas assez intellectuel !! ;-) ).
  2. La sorcellerie capitaliste de Philippe Pignarre et Isabelle Stengers (éd. La découverte), livre qui titille vraiment ma curiosité.
  3. Approches spirituelles de l'écologie coordonné par Frédéric Paul Piguet (éd. Charles Léopold Mayer), parce qu'une approche purement économiste ou technique de l'écologie occulterait le lien à l'homme.
  4. L'effet de serre de Hervé Le Treut et Jean-Marc Jancovici (éd. Flammarion, collection Champs), parce que le temps presse.
  5. Reconsidérer la richesse de Patrick Viveret (éd. de l'Aube), parce qu'il peut être salutaire d'oser penser différemment.
  6. Gauches et gauchisme de Octavio Rodriguez-Araujo (éd. l'Atalante), pour mettre en perspective.
  7. Europe, la trahison des élites de Raoul Marc Jennar (éd. Fayard), pour essayer de me faire une idée.

Voilà voilà. Ca en fait quelques uns. Si vous avez des conseils sur certains de ces livres, je suis tout à fait preneur. Cela me permettra de faire avancer ou reculer le bouquin dans la liste ! Bon, c'est pas tout mais j'ai la Horde du Contrevent de Alain Damasio à finir moi !!



Le prestige

Où comment une SF ambitieuse est - encore - possible

SF ambitieuse ? Non, je ne parle pas de Star Wars, Matrix, ou d'un quelconque autre blockbuster hollywoodien. Je parle de littérature. Je parle d'un écrivain qui au-delà de toute aventure spatiale ou description d'un monde futuriste forcément sombre, cherche à travers ses mots à explorer sans doute son thème favori : l’effondrement de la réalité.

Le PrestigeJe parle effectivement de Christopher Priest, auteur exigeant, dont j'avais déjà parlé ici, ici et encore . J'ai fini ce week-end Le Prestige, roman sur l'affrontement de deux magiciens (au sens d'illusionistes) à la fin du 19ème Siècle. Le bouquin m'a beaucoup plu. Priest se fait lui-même prestidigitateur pour nous emmener là où il le souhaite à travers la lecture des journaux intimes des deux protagonsites. Comme il le dit lui même : J’aime proposer au lecteur cette sorte de défi, l’emmener par la main, et puis le lâcher dans un virage ! A noter, le final particulièrement excellent qui laisse le lecteur dans le même état que le spectateur du projet Blair Witch.

La bonne nouvelle que j'ai apprise en préparant ce billet, c'est qu'il existe un projet semble-t-il bien avancé de film basé sur Le Prestige. L'excellente nouvelle, c'est que le réalisateur ne serait autre que Christopher Nolan (Memento, Insomnia, Batman begins) ! Et d'après ce compte-rendu de la WorldCon (World Science Fiction Convention) qui s'est tenue cette année à Glasgow, la production pourrait démarrer au mois de novembre.

Le Prestige

Enfin, je voudrais signaler cet entretien avec Christopher Priest réalisé par le Cafard Cosmique aux Utopiales de Nantes en 2004. On y apprend notamment que l'auteur a deux enfants... des jumeaux. Ce qui ne surprendra pas le lecteur attentif compte tenu de la permanence du thème du double dans ses livres.



lundi 29 août 2005

Alain Damasio raconte...

Où comment on voit mieux la poutre dans l'oeil du voisin

Lu dans l'excellent La Horde du Contrevent d'Alain Damasio que je suis en train de dévorer :

Comment font-ils, ceux qui sassent à l'ombre des tours toute la journée ? s'indigne Coriolis.
J'eus envie de lui répondre sur le fond :
- Ils regardent les palais perchés là-haut et ils rêvent d'un vélivélo, voilà comment ils font ! Un seul racleur qui réussit suffit à faire croire aux autres qu'ils ont tous leur chance. L'exploitation inepte qu'ils subissent tient parce qu'ils envient ceux qui les exploitent. Les voir flotter là-haut ne les révolte pas : ça les fait rêver ! Et le pire est qu'on leur fait croire que seul l'effort et le mérite les feront dépasser cinquante mètres d'altitude ! Alors ils filtrent, et ils tamisent, et ils raclent le lit du fleuve jusqu'à atteindre ce sentiment de mériter... Mais quand ils l'atteignent, ils comprennent que personne, nulle part, ne peut juger de leur effort, qu'aucun acheteur ne reconnaît la valeur de ce qu'ils font. Qu'il n'y a pas de juge suprême des mérites, juste des marchands qui paient une matière première et qui la revendent quatre-vingt mètres plus haut le double de ce qu'ils l'ont payée. Ici, on les appelle les "monteurs d'escaliers". Alors le racleur prend la rage. Sauf que la rage, quand elle ne peut exploser, ou transformer ce qui la cause, finit par imploser ! Elle se retourne en rancoeur, elle s'introjecte en haine de soi et des autres, en cynisme triste, elle se distille en mesquineries fielleuses, elle se déverse par saccades sur les plus proches : la femme, les amis, les gosses...



samedi 20 août 2005

Utopiales 2005

Où comment Jules Vernes fait encore et toujours recette !

UtopialesUne info que j'avais loupée, ce sont les dates des prochaines Utopiales (le Festival International de Science-Fiction de Nantes). Ce sera donc du 10 au 13 novembre 2005 à la Cité des Congrès (comme d'habituuuuuuude). Comme l'an dernier JV est à l'honneur avec cette fois un visuel de Moebius. S'il vous plait ! On continue dans les pointures avec la présence annoncée d'Orson Scott Card et de Neal Stephenson. Plus de précisions dans le communiqué de presse et sur le site du festival.



vendredi 19 août 2005

A comme Alone

L'ami Kanux est en pleine interrogation sur la couverture de son prochain roman.

Il faut croire qu'il y a de la transmission de pensée entre nous. Je rouvre mon blogue et le sien reprend vie. C'est bien.
Ceci dit, c'est pour une bonne cause. Il s'agit de l'aider à trouver la couv' la plus vendeuse pour son best-seller à lui de pour le mois d'octobre qui vient. Perso, je penche pour la lumière.



Calendrier

« décembre 2005
lunmarmerjeuvensamdim
1234
567891011
12131415161718
19202122232425
262728293031