Amnésie temporaire

mercredi 31 août 2005

Développement éolien au Venezuela

Où comment certains ont du pétrole ET des idées !

Un billet du 28 juin dernier de Alternative Energy reprend un article de Business News Americas.

La compagnie pétrolière nationale du Venezuela, PDVSA, cherche à augmenter sa production mensuelle à l'export de 100 000 barrils. Comment ? En développant leur parc éolien via deux projets dont un parc de 100 MW prévu pour mi-2007. La capacité de production d'électricité nouvellement installée venant se substituer à du pétrole, celui-ci est alors disponible pour l'exportation. Pourquoi ? Un barril de pétrole vaut 4$ US sur le marché national alors qu'il vaut 40$ US à l'international (l'article date de deux mois). Le calcul est rapide !

Si les pétro-dollars servent à développer les EnR dans les pays producteurs de pétrole, c'est une bonne chose. L'étape suivante serait que les négawatt-dollars servent à développer les EnR dans les pays pétro-dépendants !!



Maman, j'ai rétréci le gapsi !

Où comment le temps de cerveau pourrait être utilisé à bon escient

No Waste Like Home
J'apprends par un billet du blog Alternative Energy que les anglais sont, encore une fois, plus rapide que nous.
Alors que nous nous débattons avec des programmes pédagogiques comme Vis ma vie, On a échangé nos mamans ou encore Super Nanny, les anglais de la BBC ont diffusé mi-août le premier épisode de "No Waste Like Home". Dont le principe s'apparente à celui des chasseuses de poussière que l'on a pu voir sur M6 au printemps, mais dont l'intérêt est qu'il ne s'agit plus de chasser les moutons mais le gaspillage dans la maison.

Et les résultats sont impressionnants !
En deux semaines, grâce aux conseils de la présentatrice, une famille de cinq personnes a réduit ses déchets ménagers de 94 %, la nourriture gachée de 60 % et la consommation de gaz de 63 % !!!!! Ce qui n'était pas réellement difficile puisqu'ils chauffaient leur logement 24h/24 à 28°C ! En deux semaines, la famille a économisé 419 £ (612 €), soit une économie annuelle de plus de 10 000 £ (14 600 €) !!

Je suis à la fois impressionné et choqué par ces chiffres. Qu'il existe une telle marge de manoeuvre et surtout qu'elle soit inexploitée actuellement donne une idée du potentiel réalisable en lançant une grande campagne d'économies d'énergie. La technologie pourra nous aider mais ne nous sauvera pas. Il faut surtout changer nos comportements et investir dans l'efficacité énergétique. Ca devrait sauter aux yeux de nos politiques.

Lien vers Penney Poyzer's Energy Efficient Home.



mardi 30 août 2005

Enfin des pansements pour les peaux mates, noires et métissées !

Où comment il suffisait d'y panser...

pansementUn article d'afrik.com nous apprend que des pansements pour peaux foncées viennent, enfin, d'être commercialisés aux Etats-Unis !

Les leaders du marché sont en rage. « Quand le vice-président d’une des trois grandes compagnies a été au courant de nos recherches et de leurs avancées, il s’est demandé pourquoi diable n’y avait-il pas pensé plus tôt », témoigne Tim Phillip. Alors la concurrence s’organise. « Ils nous ont copié. Leur produit n’est pas encore sur le marché, mais devrait l’être d’ici trois mois ». Mais BandShades risque d’être déjà loin. Car la marque a gagné en l’image d’Oprah Winfrey, la plus puissante figure noire des médias américains. Oprah Winfrey. Productrice et animatrice d’un célèbre talk show et propriétaire du célèbre Oprah magazine, ses avis souvent office de parole d’évangile. Et elle ne tarie pas d’éloge sur les pansements de couleur. « Quelqu’un a finalement compris que les personnes de couleur avait des bobos et je dis qu’il était temps. J’ai presque hâte de me couper avec mon presse-papier », devait-elle commenter. Mieux, le pansement cosmétique est introduit dans la très sélect « O list ». Une liste des produits « labélisés » par Oprah, qui fait autorité parmi tous les investisseurs du pays.



Londres avance contre le réchauffement climatique

Où comment dans les problématiques écologiques globales, l'action locale prend toute son importance

Un article du Guardian explique l'initiative de Ken Livingstone (c'est la classe de s'appeler Livingstone, non ?) pour que la ville de Londres lutte contre le réchauffement climatique.
Il faut dire que si rien n'est fait, la situation sera critique dans quelques dizaines d'années tout au plus.

Research shows that if unchecked, the risk from flooding alone would affect 68 underground stations, 400 schools and 16 hospitals. Tidal surges are predicted to rise by 1.4 metres by 2080, threatening the homes of 1.25 million people and property worth £80bn.

Le maire de Londres a donc fixé des objectifs à la hauteur du défi :

Rather than squabble over definitions, the mayor has devised an energy strategy: by 2010 he wants London to reduce its emissions of carbon dioxide to 20% (below 1990 levels) and generate electricity and heat from around 40,000 renewable energy schemes.

Quatre quartiers/villes (boroughs ?) de Londres vont travailler sur ce que l'on pourrait appeler des Zones d'Actions Energétiques (EEA : Energy Action Areas). Si l'expérimentation est réussie, l'étape suivante est l'ensemble de la ville de Londres !!

Le projet qui semble le plus intéressant est celui du New Wembley : il concerne la construction de 3700 nouveaux logements et d'un ensemble de 137 ha d'équipements commerciaux et de loisirs. L'objectif est d'atteindre 37 % d'émissions de carbone en moins qu'un quartier ordinaire grâce à des immeubles énergétiquement efficaces (eco-homes) et à l'installation d'une unité de cogénération.

New Wembley
Lien vers le London Energy Partnership.



Conséquences

Où comment je suis toujours aussi impressionné par ces images d'après-catastrophe

Ouragan
Le cyclone avait rétrogradé à la catégorie 4 sur l'échelle Saffir-Simpson lorsqu'il a touché terre à 10h00 GMT, un peu à l'est de La Nouvelle-Orléans, privant plus d'un million d'usagers d'électricité (AP)



Les nouveaux pirates de la pompe

Où comment voler c'est pas bien !

Lu dans le Figaro (ééééééh oui !) du 26 août :

L'emballement des prix de l'or noir a fait surgir de nouveaux comportements, parfois extrêmes. Aux Etats-Unis, par exemple, la délinquance a bondi dans les stations-service où les propriétaires de 4 x 4 dévoreurs d'essence ont pris la fâcheuse habitude de s'enfuir sans payer leur plein. Certains de ces indélicats laissent des ardoises de 30 ou 40 dollars puis s'enfuient à bord de voitures coûtant plus de 20 000 dollars ! Les comportementalistes en déduisent que ces raids reflètent plus la colère que l'indigence provoquée par la hausse du brut. L'Iowa et le Minnesota ont décidé de sévir. Depuis le 1er août, il en coûte un retrait de permis au voleur d'essence, quelles que soient ses motivations. L'an dernier, ces pirates au comportement peu civique avaient déjà coûté 237 millions de dollars aux gérants de stations-service. Les analystes tablent sur des pertes encore plus élevées cette année, dans le sillage d'un pétrole chaque jour plus cher. Du coup, dans les stations-service, le prépaiement se généralise.

Qu'est ce que ce sera quand il sera vraiment question d'indigence !!!

pétrole
D'ailleurs, pour discuter du sujet, il y a le forum du site oleocene.org dédié à la fin de l'âge du pétrole. Et je ne résiste pas au plaisir de partager avec vous cette citation mise en exergue du site :

Toute personne croyant qu'une croissance exponentielle peut durer indéfiniment dans un monde fini est soit un fou, soit un économiste.
Kenneth Boulding



lundi 29 août 2005

Résister au changement

Où comment le temps de cerveau disponible est bien employé

Le billet précédent m'a remémoré celui lu chez Karl au début du mois d'août. Il écrivait à propos du système social aux Etats-Unis et du fait que ses plus grandes victimes n'étaient pas forcément les personnes qui aspirent le plus à le changer. Pourquoi ?

En fait, force est de constater qu'ils sont parfois les plus grands avocats du système. Peu importe le nombre de douleurs, de coups, d'inégalités, car si en vous subsiste comme valeur fondamentale, la notion de pouvoir avoir une réussite individuelle, rien ne pourra vous faire changer de système.

Intéressant comment on peut s'accrocher à quelque chose qui nous nuit. Le système de valeurs d'une société est sans doute une des choses les plus difficile à faire évoluer. Hors notre modèle de développement nous mène droit dans le mur. Nous sommes avides de croissance parce que nous avons basé dessus le fonctionnement de notre société. Et cette croissance, nous la construisons à nos dépends. Nous avons donc construit une machine infernale, qui nous détruit, et que pourtant nous cherchons avant tout à alimenter. Comportement suicidaire ? Sans aucun doute ! Est-il possible d'en changer ? Pas évident tant que nous ne changerons pas au niveau individuel. La tâche est rude, mais le défi passionnant !



Alain Damasio raconte...

Où comment on voit mieux la poutre dans l'oeil du voisin

Lu dans l'excellent La Horde du Contrevent d'Alain Damasio que je suis en train de dévorer :

Comment font-ils, ceux qui sassent à l'ombre des tours toute la journée ? s'indigne Coriolis.
J'eus envie de lui répondre sur le fond :
- Ils regardent les palais perchés là-haut et ils rêvent d'un vélivélo, voilà comment ils font ! Un seul racleur qui réussit suffit à faire croire aux autres qu'ils ont tous leur chance. L'exploitation inepte qu'ils subissent tient parce qu'ils envient ceux qui les exploitent. Les voir flotter là-haut ne les révolte pas : ça les fait rêver ! Et le pire est qu'on leur fait croire que seul l'effort et le mérite les feront dépasser cinquante mètres d'altitude ! Alors ils filtrent, et ils tamisent, et ils raclent le lit du fleuve jusqu'à atteindre ce sentiment de mériter... Mais quand ils l'atteignent, ils comprennent que personne, nulle part, ne peut juger de leur effort, qu'aucun acheteur ne reconnaît la valeur de ce qu'ils font. Qu'il n'y a pas de juge suprême des mérites, juste des marchands qui paient une matière première et qui la revendent quatre-vingt mètres plus haut le double de ce qu'ils l'ont payée. Ici, on les appelle les "monteurs d'escaliers". Alors le racleur prend la rage. Sauf que la rage, quand elle ne peut exploser, ou transformer ce qui la cause, finit par imploser ! Elle se retourne en rancoeur, elle s'introjecte en haine de soi et des autres, en cynisme triste, elle se distille en mesquineries fielleuses, elle se déverse par saccades sur les plus proches : la femme, les amis, les gosses...



«Le scandale, c'est la voiture qu'on met entre nos mains»

Où comment je ne vais pas faire mes courses à 115 km/h sur autoroute

Entretien avec Pierre Radanne, ancien président de l'ADEME, aujourd'hui dans Libé.

Cette mesure suffirait-t-elle à compenser la hausse du prix de l'essence ?

Loin de là. D'abord, ce n'est pas sur les autoroutes qu'on fait le plus de kilomètres, c'est en ville. En termes de consommation d'essence, d'émissions de gaz à effet de serre et de pollution, il y aurait beaucoup plus de gains à ramener la vitesse en ville à 30 km/heure, afin de fluidifier la circulation et d'éviter les à-coups. Ensuite, on vit quand même dans un pays incroyable où sont autorisées des voitures dont la vitesse de pointe est bien supérieure à la vitesse admise ! Entre une voiture qui fait du 140 km/h et une autre qui fait du 220 km/h, la consommation d'essence, en ville, double ! Car le moteur de la seconde est réglé pour atteindre les 220 km/h. Le vrai scandale aujourd'hui n'est donc pas tant le comportement des gens en terme de vitesse, mais le véhicule qu'on nous met entre les mains. Il n'a plus rien à voir avec ce qu'il faudrait pour combattre pollution et consommation excessive de pétrole. L'essentiel de la vie quotidienne, c'est une personne seule dans sa voiture pour faire quelques kilomètres à moins de 90 km/h. Et les constructeurs, eux, nous vendent des voitures pour des usages exceptionnels ! C'est ça le grand gaspillage !

Que faudrait-il faire ?

La vraie mesure serait une réglementation à l'intérieur de l'UE qui oblige les constructeurs à vendre des voitures dont la vitesse de pointe serait inférieure à la vitesse autorisée. Le potentiel de gains en vies humaines, en argent (les voitures seraient moins chères à l'achat), en pollution, en consommation de pétrole, serait considérable. Et il ne faut pas croire que les gens y seraient hostiles. A l'Ademe, on avait fait un sondage auprès des Français sur cette question du bridage des moteurs et on avait constaté que le taux d'adhésion était de 80 % !

Voilà une piste d'action intéressante sur un secteur où il est extrêmement difficile d'agir. La question est : à quel prix du barril de pétrole ces actions devriendront-elles envisageables par les gouvernements ?
Notre organisation, notre mode de vie, notre société sont tellement pétro-dépendants... Comment s'imaginer qu'une transition d'une telle ampleur puisse se faire en douceur ?



Et pendant ce temps-là chez les Verts

Où comment il peut être parfois difficile de trouver un bon parti à ses idées

Une dépêche de l'AFP indiquait vendredi que Michèle Rivasi, éphémère directrice de Greenpeace France, avait adhéré chez les Verts.

Au PS, "j'espérais que la dimension de l'environnement serait prise en compte, mais je n'ai pas trouvé d'écho", a indiqué à l'AFP, lors de l'université des Verts à Grenoble, celle que l'on avait surnommée "l'écolo du PS". "C'est un parti très conservateur", estime-t-elle. (...)

Elle voudrait que soit créé "un énorme ministère du Développement durable", et se dit favorable à une sixième République, "pour réhabiliter le rôle des élus".

Ah oui... m'étonne pas qu'elle se soit sentie à l'étroit au PS.



Ouragan

Où comment il vaut mieux être ailleurs

Via Le Phare, un lien vers le site officiel de la Nouvelle Orléans où l'on peut suivre l'approche du centre de l'ouragan. Effrayant.



vendredi 26 août 2005

Championnat du monde des barbes et moustaches

Où comment le principoil c'est d'être bien coiffé

Ca existe ! Si, si !!
Et il y en a de belles !!!



Ressources multimédia

Où comment ça va mieux en l'écoutant

Chacun a son mode préféré d'apprentissage. Pour certains, c'est le visuel, pour d'autres l'auditif, d'autres encore auront besoin d'écrire eux-même les informations pour mieux les mémoriser. Bref, il y en a pour tous les goûts.
Personnellement, j'apprécie la lecture d'un article bien fait ou d'un livre à l'argumentation développée pour initier ou accompagner une réflexion. Mais pour ce qui est de découvrir un sujet, je préfère largement assister à une conférence, écouter un débat radiophonique ou regarder un reportage télévisé. Voici donc deux ressources intéressantes pour qui dispose d'une connexion haut-débit et souhaite profiter de contenu numérique de qualité.

  • le site de l'émission Terre à terre sur France Culture. Présentée par Ruth Stegassy, cette émission s'est fixée un objectif ambitieux.

Faire le lien entre les informations qu'on reçoit de partout ; tisser un réseau entre tous ceux qui, en France et à l'étranger, sont dans la recherche active, expérimentent des solutions ; resituer chaque question dans un contexte, prendre assez de recul pour voir comment elle a évolué sur dix ou quinze ans dans son traitement comme dans l'opinion ; être à l'affût des initiatives locales, qu'elles émanent de particuliers, d'associations ou de collectivités territoriales ; savoir ce qui se fait à l'étranger et être un relais des expériences réussies ; chercher à confronter sans tomber dans la polémique... ce magazine veut avant tout désamorcer la dramatisation pour permettre la réflexion.

  • le site des services et productions audiovisuelles à la carte de la commission européenne. Il s'agit d'une série de vidéos expliquant les grands thèmes et politiques communautaires avec des vidéos sur l'environnement, la pêche ou encore l'énergie. Il y a de quoi faire. Ces vidéos posent les enjeux à l'échelle européenne et donnent des exemples de réalisations dans différents pays membres. Très instructif.


Il y a beaucoup d'autres endroits très riches en ressources multimedia. En vrac :


Si vous connaissez d'autres sources, je suis preneur !!



Et voilà...

Où comment quand les dés sont jetés, y a plus qu'à prier

Prier je ne sais pas, mais croiser les doigts, toucher du bois et de la peau de singe, je veux bien le faire.

Et maintenant ?

Attendre...



jeudi 25 août 2005

Rentrée littéraire

Où comment il est difficile de s'y retrouver

Puisque c'est la rentrée littéraire, parlons bouquins et auteurs ! Via la Muselivre :

  • la sélection de rentrée France Culture / Télérama. Vingt livres (10 en littérature française, 10 en étrangère) parmi les 663 romans de cette rentrée aussi prolifique que la précédente. A part Marie Darrieussecq, je ne connais aucun des auteurs sélectionnés.
  • Un Pour / Contre le dernier Amélie Nothomb (Acide Sulfurique) chez Lire.
  • Un portrait de Dantec chez Lire encore où l'on apprend que s'il vire facho c'est «à cause des drogues, à cause de son désespoir profond et de sa façon naïve de se mettre en avant pour prendre des coups» (dixit Patrick Raynal). Titre de son dernier bouquin : Cosmos incorporated.
  • Un article intitulé "La possibilité du nul" où il est question de celui-dont-on-ne-doit-pas-dire-le-nom (et pour les deux du fond qui ne suivent pas : c'est pan-sur-le-bec) et des méthodes du si gentil monde de l'édition.


Je bouclerai ce billet en apportant ma contribution par un lien vers une critique de Libé des deux livres de l'américain David Foster Wallace publiés Au diable vauvert.

livres



Tout Rennes bloguera-t-il ?

Où comment qui vivra verra

Après une recherche googlienne sur "tout rennes blogue", j'ai lu les commentaires critiques de blogvert (que je partage) et le message de Hugues encourageant les critiques et remarques. J'en ferai donc deux... ou plutôt trois :

  • le manque d'une page recensant les contributions les plus récentes qui permettrait au visiteur régulier de ne pas avoir à aller chercher dans les 43 bloques les nouveautés.
  • l'absence de flux rss qui permettrait aux internautes habitués de ne pas louper un seul billet, comme pour le très intéressant blogue photo ethiopialives.net par exemple.
  • enfin le nombre de messages par blogue affiché entre parenthèses à côté du nom du quartier donnerait une idée de la dynamique par endroit.


Je rajouterai également un petit bug - à moins que je n'ai pas compris l'interface - quand on est sur la page d'un quartier, le lien intitulé Accueil ne pointe pas sur la page principale http://www.blogrennes.fr/ mais sur la page du quartier où on est déjà, http://www.blogrennes.fr/thabor par exemple. Ce qui ne sert pas à grand chose à première vue.
Ces remarques sont bien évidemment formulées en espérant que le site s'améliore un peu pour que l'opération soit un grand succès qui donne goût aux rennais aux expériences de coopération et de dialogue sur internet.



Live 8

Où comment un clip peut être plus efficace qu'un tableau de statistiques

bijouPetit message musical à caractère informatif. Attention, Quick Time nécessaire.



Glop - Pas glop

Où comment la bonne nouvelle ne suffit pas à effacer la mauvaise

Ce matin dans les dépêches science sur le site du Monde, deux informations. Je commencerai par la "pas glop" pour terminer sur la note d'espoir.

  • Des élus du nord du Mali demandent l'arrêt du stockage de produits toxiques. L'Afrique, dépotoir chimique du monde, j'en parlais déjà . Aujourd'hui, ce sont plusieurs dizaines de tonnes de pesticides obsolètes ( 50 000 T pour l'ensemble de l'Afrique) qui polluent les puits. Ce qui s'ajoute à l'action des produits chimiques dont la zone a été arrosée pour lutter contre les criquets pèlerins. D'après M. Lelrabasse Ag Intallah, député de Kidal contacté par téléphone par l'AFP, "la majorité" des chamelles de la région de Kidal ont "avorté" en 2004 après avoir bu de l'eau ou brouté de l'herbe contaminées par les produits chimiques "déversés" dans la zone pour lutter contre l'invasion acridienne. Le Programme national de lutte contre les pesticides obsolètes indique par ailleurs qu'"un important" puis de la région désertique de Kidal a été fermé après avoir été pollué par des pesticides obsolètes et que du lait de chèvre a été contaminé par de la dieldrine, un produit chimique de la famille des polluants organiques persistants (POP). Pour plus d'informations, consulter la présentation consacrée au Mali de l'atelier régional francophone de formation sur les stocks de pesticides obsolètes en Afrique (12-14 juillet 2005).


  • La bonne nouvelle, une fois n'est pas coutume, nous vient de politiques américains puisque neuf Etats américains s'accordent pour limiter les émissions de gaz. D'après un article du New-York Times, neuf Etats du nord-est des Etats-Unis s'engagent à stabiliser puis réduire de 10 % d'ici 2020 les émissions de gaz à effet de serre (GES) des centrales de production électrique. Il s'agit pour le moment d'un accord de principe qui doit encore être ratifié par les parlements nationaux. Alors que le gouvernement Bush a refusé de signer le protocole de Kyoto, ce sont les Etats qui prennent leur responsabilité. Reste à espérer que ce premier par sera suivi d'un effet boule de neige. Mais tout ça est encore bien insuffisant pour réduire nos émissions de GES d'un facteur 4. Il reste du boulot et à tous les niveaux.


mardi 23 août 2005

Tardi aussi

Où comment BD et anarchisme sont mes deux thèmes du soir, bonsoir !

Le billet précédent m'a ramené à un dossier sur Tardi dans télérama. Il y est bien sûr question du Cri du peuple et de la Commune.

La Commune est un arrêt sur image qui laisse en suspens une espérance magnifique : bâtir un monde meilleur. Si l'expression fait sourire ou hurler certains, je m'en fous. Je sais que l'utopiste est souvent vu comme un gentil crétin, eh bien, je l'accepte !... C'est une période que j'aurais aimé vivre. Je m'identifie à ces gens qui décident de prendre en main leur destin. Ils s'affranchissent du pouvoir central. Ils discutent et ils commencent à prendre des mesures révolutionnaires. Ils suppriment la peine de mort, réglementent le travail des enfants, répondent par l'affirmative à la question : « Faut-il éduquer les filles ? » Les communeux - « communards » est une expression péjorative utilisée par les Versaillais - seront dépossédés de leurs idées, attribuées plus tard à d'autres qui passeront à la postérité, comme Jules Ferry... La Commune est un événement fondateur dont la portée est pratiquement gommée de l'histoire de France. C'était une excellente motivation pour en parler. Grâce au Cri du peuple, j'ai passé quatre ans de ma vie avec les communeux. C'était enthousiasmant.


Tardi © Léa Crespi pour Télérama
Jacques Tardi au Père-Lachaise, à Paris, à l'endroit précis où se déroulèrent les derniers combats de la Commune. La scène est retracée dans "Le Cri du peuple".



Pensée anarchiste et non violence

Où comment la fin ne justifie pas les moyens

Via Rezo.net, un lien vers un document d'une quarantaine de pages de Michel Onfray intitulé La pensée anarchiste et la non-violence. Dans sa conclusion on peut lire :

L’épisode de la Commune de Paris joua également un grand rôle dans l’adoption des doctrines insurrectionnelles. La répression sanglante (30.000 fusillés, 13.400 condamnations, 4.000 déportations) qui acheva la Commune fit naître un féroce esprit de vengeance à l’égard de la bourgeoisie chez la majorité des révolutionnaires socialistes. Ce ressentiment, alimenté par d’innombrables autres répressions, aboutit dix ans plus tard à l’adoption de la "propagande par le fait" par la majorité des anarchistes. (...)

L’anarchisme non-violent n’interdit donc pas réellement d’employer toute forme de contrainte (anarchisme) ou de violence (non-violence), la légitime défense est un droit pour chaque individu ; il considère simplement que la contrainte et la violence ne peuvent jamais être accepté comme principes légitimes sur lequel fonder l’organisation sociale (ce que font les autoritaires) ou sur lequel baser une méthode de transformation sociale (ce que font les insurrectionnels) ; car la contrainte et la violence ne constitueront jamais des remèdes sociaux.

Instituer l’autorité et la violence, c’est se priver de la possibilité de construire un monde meilleur, c’est figer l’imperfection sociale et l’élever au rang de principe indépassable. Mais choisir l’autorité et la violence comme moyen de transformation sociale, c’est reproduire ce qu’on dénonce, c’est considérer qu’en définitive la violence et l’autorité peuvent être des moyens appropriés aux problèmes sociaux. Et si ils le sont aujourd’hui pourquoi pas demain ? Par contre, rejeter dès aujourd’hui l’autorité et la violence c’est refuser de sacrifier le présent à une utopie future rejetée indéfiniment à de meilleurs lendemains. Les principes sur lesquels fonder la société de demain sont déjà pertinents pour transformer la société actuelle. La fin indique les moyens, et en retour les moyens construisent la fin.



Accord occulte sur longue période

Où comment on se comprend entre gens de bonne famille

Lu sur nouvelobs.com :

Télécoms. La Direction de la concurrence dénonce "un accord occulte sur longue période" entre Orange, Bouygues et SFR, accord qui permit notamment à France Telecom, dirigé par Thierry Breton pendant une période, de maintenir sa part de marché juste en deçà des 50%, et donc de garder toute son indépendance tarifaire.

Je suis toujours étonné de la facilité avec laquelle les intérêts financiers permettent de trouver des compromis sur le dos des moins bien munis. J'ai eu en cours l'an dernier un ancien ministre des finances algérien qui avait du négocier la dette de son pays au niveau international. Eh bien tout le processus avait été bloqué par une banque japonaise qui trouvait que les formes n'avaient pas été mises. Et au niveau des créanciers internationaux (clubs de Paris et Londres), s'il y a un problème avec un seul des créanciers, c'est l'ensemble qui fait bloque.



Piratage de BD

Où comment se faire expliquer les choses par BB

Et bien non, il ne s'agit pas de Brigitte Bardot (je m'en voudrais, tiens !) mais de Bruno Bellamy. Bien connu des anciens lecteurs de Casus Belli (je dis ancien parce que je ne sais pas ce qu'il en est actuellement... Le jeu de rôle est-il encore vivant ?), ou des lecteurs de la presse informatique (Le Virus Informatique, Les Puces Informatiques, par ex.), il est également auteur de BD (la série "Sylfeline"). C'est à ce titre qu'il a été interviewé par le site PCInpact.com à propos du piratage de BD sur les réseaux p2p. C'est très intéressant et permet d'avoir le point de vue d'un auteur loin de toute l'agitation du milieu de la musique.
Et pour montrer le style, voici une bellaminette de l'époque Casus pour illustrer un article sur l'univers des princes d'Ambre (licorne inside).
Ambre
J'en entends un dans le fond dire que ça ne ressemble pas à l'univers de Florence Magnin. C'est vrai, mais c'est pas mal quand même.

Ambre



Le retour

Où comment le long silence du blog au fond des bois (je sais ça veut rien dire !).

J'avais découvert son blogue mi-février et il avait rejoint illico mes signets préférés. Mais quelques jours après, elle publiait un billet sur la disparition de Hunther S. Thompson et semblait disparaître également. Il y a trois jours de ça, j'enlevais son lien d'Amnésie temporaire après avoir vérifié une dernière fois qu'elle ne donnaît plus de nouvelles. C'est donc avec surprise et joie que j'ai appris sa réapparition via le blogue de François.
C'est donc vers vous, chère lectrice, cher lecteur, (oui, c'est bien au singulier : un de chaque) que je me tourne pour vous encourager à aller lire ses critiques, ses coups de coeur et autres découvertes dont vous n'auriez jamais espéré entendre parler.

La Muselivre !



lundi 22 août 2005

Quand Noël rencontre Edgar

Où comment donner un peu d'ampleur à la politique.

Je viens de lire coup sur coup deux textes intéressants.

  • Le rapport d'Edgar Morin à propos du Débat National sur les Energie. La version comprenant les conclusions des deux autres rapporteurs est disponible ici. Il indique d'abord des conclusions énergétiques qui tiennent en quatre point avant de développer une conclusion plus générale.
  1. Que les économies (quantitatives) soient compensées par des gains en qualité.
  2. Faire grand effort sur les énergies renouvelables conçues à la fois séparément et comme un tout.
  3. Attendre 2010 pour le nucléaire EPR.
  4. S’orienter vers une politique de civilisation.

A partir des impératifs de sécurité, d’autonomie, de sauvegarde de notre environnement, et inséparablement de promotion de la qualité de la vie, pourra être définie une politique qui ne se bornerait pas à varier taxations, détaxations, contrôles. Ce serait une politique d’orientation, de régulation, de contrôle, de réforme.
La politique d’économie devrait être une politique où la restriction serait synonyme, non de privation, mais de tempérance. Elle comporterait une campagne contre les « intoxications » (auto) et les dilapidations, pour les recyclages et pour la promotion du qualitatif par rapport au quantitatif.
Une telle politique, qui dépasse les simples économies et les simples aménagements, comporterait réorientation et réorganisation, concernant tous les secteurs de la vie sociale et individuelle. (...)

Une nouvelle politique nécessiterait l’action conjointe de l’Etat, des collectivités publiques, des associations privées et des citoyens. Elle appellerait ce qu’un sociologue a appelé une « gouvernance de concertation ». Elle nécessiterait de conjuguer la socio-regulation, l’eco-regulation et l’ego-regulation . Elle devrait affronter non seulement lobbies et corporatismes mais aussi apathie et indifférence. Elle appelle un éveil citoyen lequel se produirait par la prise de conscience des problèmes vitaux qui sont impliqués dans ce mot « énergie ». (...)

Comme la voie suivie jusqu’à présent nous conduit à l’aggravation de tous ces maux et périls, il s’agit par prises de consciences et reformes, de changer de voie, de changer de modèle. Dès lors, le mot de développement, même sous sa forme adoucie de « durable », ne convient plus. Il faudrait concevoir un épanouissement humain.

Le débat n'est plus entre réformistes et révolutionnaires, ni entre contestataires et gestionnaires, mais entre une politique d'accompagnement visant à réduire les inégalités du libéralisme et une politique de transformation structurelle de la société que la gauche n'a pas osé engager lorsqu'elle était au pouvoir, ce qui a conduit au désastre du 21 avril 2002. (...)

Il est temps de rompre avec le modèle de développement industrialiste et d'engager notre pays sur des voies autres que celles tracées par les lobbies du bâtiment, des travaux publics, de l'automobile et du pétrole, de l'agroalimentaire, de la chimie, de l'EDF et du nucléaire ou des industries de l'armement... Dans chacun de ces secteurs, la gauche devra proposer des politiques de reconversion, de formation visant à sécuriser les parcours professionnels de ceux qui y travaillent. (...)

Il ne s'agit donc pas de «moraliser» le capitalisme mais de changer de logique en faisant converger autour d'exigences communes, les mouvements sociaux et la société civile qui contestent cette marchandisation du monde et des hommes.

A l'heure des problèmes écologiques majeurs, chaque citoyen, chaque être humain est concerné. Les changements de comportements peuvent permettre de ralentir la course folle dans laquelle nous sommes embarqués. Mais ces petites rivières ne seront rien si elles ne se rejoignent pas en un grand fleuve que serait la réorientation des objectifs de nos sociétés de la création de valeurs monétaires vers la re-création de lien et de sens entre nous et pour nous.



En vrac

Où comment la lecture de la gazette des communes peut s'avérer riche d'informations.

A noter dans ce n° 31/1801 de la gazette des communes :

  • une double page sur les bretons face aux pollutions maritimes avec un lien vers Vigipol, syndicat mixte de protection et de conservation du littoral nord-ouest de la Bretagne. J'y apprends notamment qu'un quart du trafic maritime mondial transite en Manche pour approvisionner l'Europe du Nord. En 2003, 54 200 navires ont emprunté le chenal de Ouessant, soit un trafic journalier de 700 000 tonnes de pétrole et de 90 000 tonnes d'autres produits dangereux.
  • un article sur les dessertes villes-aéroports qui donne quelques chiffres : Sur les 117 aéroports français qui ont réalisé en 2004 un trafic de 122,8 millions de passagers, l'ensemble Aéroport de Paris (Orly et Roissy) en représente à lui seul plus de 60 %. En ajoutant les six autres aéroports "millionnaires" en nombre de passagers, on constate que 91 % du trafic aérien français est absorbé par 6 % des aéroports. Si l'on inclut dans cet ensemble les dizaines d'aéroports qui traitent annuellement de 100 000 à 1 million de passagers, c'est 99 % du trafic qui se trouve réuni dans un peu plus de 8 % des aéroports.
  • L'annonce de la tentative de record du monde de Jean-Raymond Foynat, dit "J.R.", chef de poste de la police municipale de Chablis (Yonne) et catcheur professionnel. Depuis une importante intervention chirurgicale suite à un infarctus en 2000, il récolte des dons en réalisant des exploits pour la création de villages thérapeutiques pour enfants victimes de pathologies lourdes. Le 25 septembre prochain, il tentera de retenir par le buste deux Cesna et deux Rallye 1000 au décollage !!!


RRRaaaaahhhhh lovely !!!

Où comment la musique adoucit les matinées pluvieuses

Depuis ce matin l'Orchestre de Bretagne répète pour sa représentation de ce soir spéciale John Williams. J'avais entendu le thème d'ET plus tôt dans la matinée, et en ce moment c'est Star Wars qui me caresse les oreilles. Ah que c'est bon !!!



Les listes sont nos amies

Où comment il faut les aimer aussi.

Parce que certains ont du y investir beaucoup de temps, voici deux pages recensant des listes et même parfois des listes de listes. Il y en a pour tous les goûts !



Pascal a dit...

Où comment si c'est pas vrai, c'est pas forcément faux pour autant !

Lu dans cet excellent texte d'Edgar Morin - dont je ne saurais trop recommander la lecture à qui s'intéresse à la complexité du monde - Pour une réforme de la pensée :

Pascal disait que le contraire d'une vérité n'est pas une erreur ; c'est une vérité contraire.

Raffraichissant en ces temps de manichéisme, n'est-il pas ?



dimanche 21 août 2005

Eugen Drewermann

Où comment découvrir un penseur en en cherchant un autre.

Alors que je cherchais des informations sur Edgar Morin et la complexité, je suis arrivé sur le site de Claude Rochet, énarque dont le site est consacré aux sciences de la complexité et à la philosophie politique. Sur sa page principale, il a placé le texte suivant :

Il arrive un moment où la question n'est plus de continuer à accumuler de nouvelles connaissances, de nouveaux discours, d'autres théories encore; tout à coup il s'agit de trouver, avec sa passion, son désir, son instinct, un point fixe d'où l'on puisse maîtriser les choses. La question n'est plus de l'origine des choses et de leur fonctionnement; la question urgente devient soudain celle du sens de ces données (...)

On fait alors l'expérience que ce point vers lequel tout converge, ce centre de la signification de toute chose accessible à la connaissance, ce n'est pas par un effort d'énergie qu'on y accède, au contraire: toute attitude active d'acquisition de connaissances doit céder le pas à une paisible attitude de contemplation, d'écoute, de vision, de descente en soi.

Cette seule chose essentielle, on ne peut pas la forcer, c'est une rencontre, quelque chose qu'on trouve sans le chercher.

Le sens de toute choses, on ne peut l'inventer; la raison dernière des choses, on ne peut la fonder sur la raison: lorsque l'on rencontre cet essentiel, on a le sentiment d'une unité dernière, suprême, le sentiment (...) d'avoir trouvé ses repères, son équilibre intérieur, où tout questionnement est désormais inutile.

L'unique chose qui soit essentielle est enfin trouvée. Et à partir de cette chose, il est enfin permis de vivre.

DrewermannIntrigué, et curieux que je suis, j'ai suivi le lien en bas de page pour en apprendre un peu plus sur l'auteur. Il s'agit de Eugen Drewermann, prêtre, théologien et psychanalyste jungien allemand. Sacré mélange !!

A l'heure des JMJ et de l'exhaltation retransmise en mondovision, cet auteur de quelque soixante ouvrages n’a de cesse de démolir pierre par pierre l’édifice romain, de s’attaquer à ses dogmes et de « libérer la foi de la papauté » comme l'indique cet article du Monde Diplomatique qui lui est consacré en juillet 1997.

Lors de son passage dans une université canadienne, il lui a été posé la question de savoir quelle serait la religion de l'avenir.

"Ce sera une religion qui répondra à trois conditions, a répondu le théologien. Elle devra d'abord inclure la dimension psychologique. Quand les hommes et les femmes que je reçois en consultation parlent de Dieu, ils en viennent tôt ou tard à parler de leur père ou de leur mère... Cela m'attriste beaucoup. Deuxièmement, la religion de l'avenir devra être écologiquement intégratrice. C'est une exigence de l'époque moderne depuis Darwin. La religion et l'éthique sont anthropocentriques. Enfin, la religion de l'avenir sera interculturelle. Actuellement, pour devenir chrétien, il faut d'abord devenir occidental."

Un programme intéressant à mon avis. Quant à Edgar Morin, il n'est certainement pas sur edgar-morin.com. ;-(



samedi 20 août 2005

Palimpseste numérique

Où comment chercher une définition.

J'avoue que je ne savais pas ce qu'était un palimpseste il y a encore quelques minutes de ça. J'ai hésité avec le palyndrome. Et j'ai compris mon erreur en découvrant la signification du palimpseste.

Un palimpseste est un parchemin manuscrit sur lequel on a gratté la surface pour y porter un nouveau texte. Cette technique est née au moyen âge, lorsque la principale source en parchemins, située en Égypte, s'est tarie suite à la conquête arabo-musulmane (VIIème siècle). Les copistes ont alors eu l'idée de passer de l'eau de chaux sur les anciens parchemins, après en avoir délicatement gratté la surface, pour y écrire de nouveaux textes. Dans certains cas, il est possible de retrouver sous la nouvelle écriture des traces de l'ancienne.

Tout ça pour vous recommander la lecture du palimpseste numérique, blogue que je viens de découvrir via Hémisphair, et en particulier ce billet sur le terrorisme.



Cartographie de la sécheresse

Où comment des cartes bien faîtes parlent mieux qu'un long discours.

On trouve sur le site du Ministère de l'écologie et du DD quelques cartes intéressantes sur la sécheresse en France.

La première est la carte du cumul pluviométrique mensuel. On apprend ainsi que le cumul pluviométrique du mois de juillet aura été excédentaire sur presque toute la moitié nord de la France et déficitaire sur la moitié sud. Le calcul étant fait à partir des données de la période 1946-2004.
Cumul mensuel juillet
La seconde est la carte du cumul pluviométrique décadaire. Elle nous informe que la première décade d’août a été pluvieuse dans le sud de l’Aquitaine, sur la région Midi Pyrénées, dans le sud du Languedoc Roussillon et à l’est du territoire métropolitain.
Cumul décadaire août



C'est vrai que ça fait bizarre...

Où comment il ne faut jamais dire jamais !



L'inconnu sur la terre

Où comment donner envie de lire un livre.

Comment choisir le prochain livre à lire ? Pour moi, c'est un ensemble de facteurs qui se combinent entre le sujet, l'auteur dont j'ai déjà eu l'occasion d'apprécier le talent, la couverture qui m'intrigue ou m'appelle, ou encore une critique dithyrambique. Par exemple, les quelques mots de l'homme qui marche sur l'inconnu sur la terre de JMG Le Clézio.
Alors voilà, un autre livre à lire absolument.

Soupir de satisfaction anticipée...



Et une pelotte de liens, une !

Où comment l'homme qui marche me fait voyager.

Ca faisait longtemps que je n'avais pas fouiné dans ma liste de blogues. Ca faisait donc longtemps que je n'avais pas rendu visite à l'homme qui marche. Un excellent blogue dont je tire la pelotte de lien suivante :

  • la publication par le New-York Times des retranscriptions de 503 entretiens d'urgentistes, infirmiers et pompiers sur le 11 septembre, soit 12 000 pages de documents.
  • la nouvelle version du site du Louvre.
  • un texte intitulé L'usage de la lenteur: l'immobilité motorisée, la marche, et le voyage aujourd'hui d'un professeur de français à Liverpool, dont sont issues ces deux citations : On ne voyage vraiment qu'à pied, sinon l'homme n'est qu'un bagage animé. - La terre, pour la comprendre tout à fait, nous devons d'abord l'approcher avec la primitivité de notre chair et les antennes de nos sens.
  • un site sur Michel Audiard avec tout plein d'extraits de ses dialogues.

- Patricia, mon petit, je ne voudrais pas te paraître vieux jeux et encore moins grossier...L'homme de la pampa parfois rude, reste toujours courtois... Mais la vérité m'oblige à te le dire: Ton Antoine commence à me les briser menu!



Utopiales 2005

Où comment Jules Vernes fait encore et toujours recette !

UtopialesUne info que j'avais loupée, ce sont les dates des prochaines Utopiales (le Festival International de Science-Fiction de Nantes). Ce sera donc du 10 au 13 novembre 2005 à la Cité des Congrès (comme d'habituuuuuuude). Comme l'an dernier JV est à l'honneur avec cette fois un visuel de Moebius. S'il vous plait ! On continue dans les pointures avec la présence annoncée d'Orson Scott Card et de Neal Stephenson. Plus de précisions dans le communiqué de presse et sur le site du festival.



Tout Rennes Blogue

Où comment mettre la ville dans l'internet, ou réciproquement... à moins que ce soit l'inverse... voire le contraire.

Je continue sur l'info rennaise. Dans le cadre de sa grande opération de l'automne, Envie de ville, la ville de Rennes a monté un projet de plateforme de blogs de quartier. C'est [ Tout Rennes Blogue ].
Le principe ? A partir d'une plate-forme commune, ce sont pas moins de 43 blogues qui ont été créés. Ils représentent autant de lieux publics aisément identifiables dans tous les quartiers de la ville. Chacun peut envoyer sa contribution (texte, photo ou vidéo) par MMS, courriel ou encore via un visio-répondeur 3G pour validation avant publication. Pour ceux qui s'inquièteraient du caractère discriminatoire que représente la possession d'un téléphone portable ou d'un accès à internet, la ville a mis en place un système de prêt gratuit de téléphones mobiles 3G (photo, vidéos,…) dans les quartiers.
Les premières contributions sont dores et déjà visibles sur le site.


A mon sens, il manque encore la possibilité de pouvoir voir les dernières contributions à un niveau global sans forcément avoir à aller chercher dans les 43 blogues. Mais le projet est vraiment intéressant et je suis curieux de voir le résultat. Kanter



John Williams au Triangle

Où l'on s'apprète à savourer une bonne soirée...

VadorTant que je suis dans l'information locale, autant continuer. Cette fois, c'est plus proche de nous dans le temps puisqu'il s'agit des concerts d'été de l'Orchestre de Bretagne. Ils ont lieu comme chaque année en plein air à l'arrière du Triangle. Et le cinéma est à l'honneur puisqu'une soirée est consacrée à John Williams et à ses plus célèbres thèmes (Star War, E.T, Harry Potter, Jurassik Park). Ce sera lundi 22 août et c'est à ne pas louper !
Et non, John Williams ne jouera pas du triangle au Triangle.

Ensuite, la programmation est plus classique :

  • mardi 23 - Soirée Jeunes Talents : BEETHOVEN : Ouverture des créations de Prométhée ; MENDELSSOHN : Concerto pour violon ; BEETHOVEN : Symphonie n°8.
  • mercredi 24 : WEBER - Ouverture d'Obéron ; CHOPIN - Concerto pour piano n°2 ; ONSLOW - Symphonie n°2.


Le Dalaï Lama à Rennes

Où comment la vacuité de l'existence nous est révélée.

L'info a été publiée dans le Ouest-France du 18 août :

L'association « Océan de Sagesse Rennes 2006 » (qui réunit les congrégations Dachang Vajradhara Ling, Pel Drukpai Tcheutsok et l'association du Centre d'études de Chanteloube) a demandé il y a plusieurs mois à Sa Sainteté le dalaï-lama de venir à la rencontre des habitants de l'Ouest. Un voyage à but éducatif qu'il a accepté. Il sera à Rennes du dimanche 16 au vendredi 21 juillet 2006. Son programme : une journée pour la paix, avec une conférence publique sur le thème « Paix intérieure, paix universelle », puis quatre jours et demi d'enseignements.

Et un site web a été créé : http://www.dalailama-rennes2006.fr/.

dalaï lama



vendredi 19 août 2005

Infos du monde

Où comment certaines parties du globe peuvent disparaître par manque d'attention.

Vanishing pointVia Worldchanging, je suis tombé sur le site du projet Vanishing Point (attention, Flash Player 7 nécessaire). Celui-ci représente sur une carte du monde les pays mentionnés dans les quotidiens de référence des pays du G7. Plus il y a d'articles sur un pays, plus sa couleur sur la carte est foncée. A l'inverse, les pays dont il n'est pas question sont en blanc... sur fond blanc. Et donc disparaissent de notre représentation du monde.
Il pourrait être intéressant de pouvoir définir soi-même les pays dont sont analysés les journaux. Ainsi, on pourrait avoir une vision du monde des pays francophones ou anglophones et comparer.



Qui est sur Rennes ?

Où comment trouver des - presque - voisins sur la toile grâce à son blogue.

Alors voilà, je continue la mise à jour de mon bazar. J'ai rajouté par exemple un lien vers le site GeoURL qui permet, une fois son propre site répertorié, de trouver des blogues aux alentours. En furetant ainsi, je suis tombé sur la page wikipedia de Rennes et sur la page wikimedia associée.



Quelques bande-annonces

Histoire de souffler un peu.

Après un petit tour sur Apple - Movie Trailers, voici ma liste de courses :


Et j'en oublie certainement.



Des corbillards pour transport en commun au Cameroun

Où comment le transport des morts peut servir aux vivants

Des corbillards pour transport en commun au Cameroun : Un détournement d'utilisation qui dérange - via Afrik.com
Les bus n'étant pas assez nombreux sur certaines destinations, des propriétaires de corbillards ont eu l'idée de mettre à profit leur véhicule pour faire du transport collectif. Et cela semble marcher malgré une hésitation initiale. Le point sensible, c'est que les entreprises de pompes funèbres se sentent dévalorisées par cette activité sur laquelle elles n'ont pas prises, n'étant pas propriétaires de leurs corbillards.
Ma foi, tant que le véhicule n'est pas en service...



La cagnotte !! La cagnotte !!

Il n'y a pas qu'en France que l'on se déchire sur l'utilisation des fonds résultants de la hausse des prix du pétrole. En Equateur aussi...

D'après un article de la BBC d'aujourd'hui, l'Equateur vient de stopper ses exportations de pétrole brut pour cause de manifestations persistantes. L'état d'urgence a été déclaré dans la région.
Le motif de la grogne ? Que l'argent du pétrole soit investi dans les infrastructures et la création d'emplois. D'après le président de l'association nationale de l'industrie pétrolière, l'argent du pétrole a servi à payer les fonctionnaires et à réduire le montant de la dette nationale.
On ne sera pas étonné d'apprendre que l'élite hispanique bénéficie plus de l'argent que la population descendant des peuples précolombiens. Lu dans un article du Monde Diplo : l’Institut national de statistique et du recensement estime à 44 % la proportion de pauvres du pays (disposant de moins de 2 euros par jour) en 2004, ce taux atteint de 80 % à 90 % au sein de leur population.



A comme Alone

L'ami Kanux est en pleine interrogation sur la couverture de son prochain roman.

Il faut croire qu'il y a de la transmission de pensée entre nous. Je rouvre mon blogue et le sien reprend vie. C'est bien.
Ceci dit, c'est pour une bonne cause. Il s'agit de l'aider à trouver la couv' la plus vendeuse pour son best-seller à lui de pour le mois d'octobre qui vient. Perso, je penche pour la lumière.



jeudi 18 août 2005

A propos de John Le Carré

"Je ne pense pas être un radical, mais je suis en colère, oui. Mais, après tout, c'est l'attitude classique d'un vrai libéral anglais."

Un article intitulé ''La colère de John Le Carré : la guerre en Irak "a attisé le terrorisme"'' est paru dans l'édition du Monde du 23 juillet.

"Il n'y a aucune logique dans le terrorisme, observe-t-il. Lui trouver une logique serait déjà lui conférer une dignité qu'il ne mérite pas. On ne peut l'excuser. Mais on doit chercher à l'expliquer. Lorsque quelqu'un veut vous tuer, il est utile de savoir pourquoi. Et c'est quelque chose qu'on cherche à nous décourager de faire, parce que Bush et Blair ne peuvent pas laisser établir un lien entre les attentats et la guerre en Irak."

"M. Bush ne cesse de répéter que le mode de vie des Américains est le seul qui vaille. C'est à mes yeux un discours fondamentaliste. L'idée que ce mode de vie est universellement exportable est obscène. Si vous admettez un concept de type orwellien selon lequel l'Amérique est le bien, et l'islam le mal, il n'y a plus aucune souplesse de pensée."



La constance du jardinier

L'adaptation en film du très bon roman de John Le Carré avec Ralph Fiennes, Rachel Weisz, et Pete Postlethwaite.

The constant gardenerJe viens de découvrir l'existence de cette adaptation via un billet de Worldchanging. Le film sort à la fin du mois d'août aux Etats-Unis, mais pas de date de prévue pour la France pour le moment apparemment.
John Le Carré nous plonge en Afrique au coeur de la lutte d'un diplomate anglais effacé et jardinier à ses heures pour découvrir la vérité sur la disparition de sa femme. Entre l'industrie pharmaceutique et l'Afrique, il n'en sortira pas indemne. Et le lecteur non plus s'il se laisse emporter par le talent de Le Carré. Il ne reste plus qu'à espérer que le film rendra hommage au roman.



De retour

Après 4 mois de fonctionnement et 4 mois d'inactivités, Amnésie temporaire reprend du service !

Me revoilà devant mon clavier, avec l'envie revenue. EN-FIN !!!
Peut-être l'orientation du blogue sera-t-elle un peu différente maintenant. Un peu plus orientée, un peu moins culturelle. Allez savoir !
J'en ai profité pour mettre à jour la version de dotclear utilisée, et pour rajouter mes blogmarks, ainsi qu'un lien vers les livres que je rend disponible en prêt via la médiathèque partagée. Ce site est une excellente initiative, et je ne saurais trop vous conseiller de vous inscrire et de partager vos livres.
Enfin voilà, ça fait plaisir d'être de retour. J'avais aussi envie de changer de thème dotclear histoire de marquer le coup, mais après plusieurs essais, je dois bien dire que je me sens bien avec Keepsake.



Calendrier

« août 2005 »
lunmarmerjeuvensamdim
1234567
891011121314
15161718192021
22232425262728
293031